Les Algues Le Finistère abrite le plus grand champ d’algues d’Europe.

Les ports Ports de commerce, ports de pêche, ports-abris, port militaire ou ports d’intérêt patrimonial, le Finistère abrite une multitude de ports qui racontent chacun un pan de l’histoire du département.

Les peintres De Gauguin à Sérusier, d’Émile Bernard à Henry Moret, les plus grands peintres qui ont posé leurs chevalets en Finistère.

Les phares C’est en Finistère que l’on trouve le plus grand nombre de phares en France et 19 d’entre eux sont répertoriés aux Monuments Historiques.

Les enclos paroissiaux Ces monuments religieux qui illustrent la richesse du département aux 17e et 18e siècles constituent un patrimoine exceptionnel unique en Bretagne…et au-delà. Candidats à l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO !

La recherche dans le domaine de la mer Premier département maritime de France, le Finistère représente 70% de la recherche nationale dans ce domaine. Il s’est imposé comme un pôle de recherche et d’investissement majeur dans le domaine des sciences et techniques de la mer.

La thalassothérapie C’est en Finistère que se trouvent le premier centre créé en France (Roscoff) et le tout dernier créé en Bretagne (Concarneau)

La voile L’école des Glénans est la première école de voile d’Europe

La pêche Le Finistère est le premier département français pour la pêche fraîche

Le surf  La Torche est l’un des principaux spots de surf en France

   

ESCAPADES

  La Rade de Brest, la plus vaste d’Europe, constitue une escapade hivernale idéale entre urbanité et maritimité. Coté nature, plusieurs presqu’îles la pénètrent ou la limitent, comme celle de Plougastel, de Logonna, de Landévennec, de l’Ile Longue ou de Roscanvel. Elles se terminent par des pointes (Portzic, Armorique, Bindy, Espagnols) offrant de magnifiques points de vue. Au coeur de ces espaces naturels grandioses, Brest, « la ville blanche », est une métropole plurielle. Ici se côtoient marins, chercheurs, étudiants, jeunes startupers, créateurs, artistes, navigateurs ou tout nouveaux habitants. Ils se retrouvent dans les bars des deux ports de plaisance, ils surfent sur la grande plage de sable du Moulin Blanc, ils découvrent les mondes marinsà Océanopolis, ils assistent aux spectaclesdu Quartz, la seconde scène nationale après Paris ou, tout simplement, admirent les couchers de soleil sur le phare du petit Minou. Reconstruite après la seconde guerre mondiale, l’atmosphère singulière de « cette ville éminemment poétique, happée par quelque chose de plus grand qu’elle, comme un appel d’air du désir » (Jean-Manuel Warnet), n’a pas échappé aux nombreux artistes qui y ont jeté l’ancre parmi lesquels Jacques Prévert, François-René de Chateaubriand, Jean-François Coatmeur, Hervé Bellec, Jack Kerouac, Pierre Mac Orlan ou encore Georges Perros. Pour bénéficier d’une vue à 360° sur la ville, direction Les Capucins, site notamment accessible grâce au premier téléphérique urbain de France. Ce nouveau quartier culturel, installé dans les gigantesques anciens ateliers mécaniques de l’Arsenal de Brest, est aujourd’hui la plus grande place publique couverte d’Europe et abrite une superbe médiathèque, des commercesde bouche et le fameux Canot de l’Empereur… Parmi les autres visites incontournables de la ville, le musée de la marine et ses collections liées au port de Brest au temps de la marine à voile (construction navale, vie quotidienne des bagnards), Océanopolis, le jardin botanique national, le plus riche d’Europe après celui de Londres ou 70.8, la galerie des innovations maritimes.  

Baie d’Audierne

Envie de grands espaces ? Besoin de nature et d’air pur ? La baie d’Audierne est incontestablement le spot to be ! Second ensemble dunaire de Bretagne par sa superficie et labellisé « Zone humide d’importance internationale », ce « sanctuaire du monde celtique » (Georges Perros) offre une grande variété de paysages où alternent plages de sable fin, dunes, lagunes, marais et étangs qui composent un paysage singulier qui s’étend sur plus de 40 kilomètres, de la Pointe du Raz à celle de Penmarc’h. Pour découvrir les multiples facettes de cette baie, empruntez la « Route du Vent Solaire ». L’hiver est incontestablement une période propice pour découvrir ce bout de terre préservé, « simple évidence de la beauté » (Brigitte Maillard). Balade autour des étangs de Trunvel et de Saint Vio d’où l’on pourra observer quelquesunes des 97 espèces d’oiseaux présentes sur cette zone, arrêt à la Maison de la baie d’Audierne pour tout savoir sur la richesse de la faune et de la flore locales, paddle sur la rivière Goyen, promenade dans les rues de la Petite cité de caractère de Pont-Croix, initiation au surf à La Torche, découverte de la « cathédrale des dunes » à Saint-Jean Trolimon, constituent des multiples expériences à vivre intensément cet hiver.  

DU LÉON AU TRÉGOR

De la côte qui va de Plouescat jusqu’à la baie de Morlaix, le Léon plonge ses racines jusqu’aux monts d’Arrée. Ici alternent plages de sable blanc, criques secrètes ou îlots qui disparaissent comme par magie à marée haute. On cultive ici un art de vivre résolument tourné vers le large. C’est sur ce littoral exceptionnel que fut créé le premier centre de thalassothérapie en France en 1899 à Roscoff. Cette ancienne cité d’armateurs de la fin du 18e siècle, est aujourd’hui un port de pêche, de fret et de passagers très actif et abrite par ailleurs un centre de recherche en biologie marine ainsi qu’un jardin exotique exceptionnel labellisé « Jardin Remarquable ». Enfin, une (longue) halte s’impose à Morlaix. Dominée par son viaduc, le centre-ville a conservé un patrimoine bâti exceptionnel tandis qu’à une encablure s’est installé le SEW, l’un des plus importants équipements culturels du Finistère installé dans l’ancienne manufacture des tabacs. Mais ce « pays » ne se résume pas seulement à son littoral. À quelques kilomètres de la mer, « la ceinture dorée » constitue une des premières zones légumières du Finistère. C’est ici que sont cultivés artichauts, choux fleurs et le fameux oignon de Roscoff qui bénéficie aujourd’hui d’une AOP.  

LES MONTS D’ARRÉE

Au coeur du Parc Naturel Régional d’Armorique, les Monts d’Arrée constituent un monde à part. Ce massif montagneux, qui culmine à 330 mètres, offre des paysages fantasmagoriques. Dès le premier lacet de route engagé sur les hauteurs, le paysage se transforme en une lande irréelle où bruyères, bouquets d’ajoncs et crêtes rocheuses s’étendent à perte de vue. L’hiver, il se couvre d’un manteau épais dévoilant à peine ses sommets, dissimulant ses roches, brouillant les frontières entre le réel et l’imaginaire… La randonnée est incontestablement le meilleur moyen pour découvrir cet « autre Finistère » que l’on appelle ici l’Argoat, le pays des bois. Si les aventuriers d’un jour peuvent se lancer seuls à la découverte de ce « pays », mieux vaut se faire accompagner par des gens du coin. Parmi eux, les guides de l’association ADDES sont sans doute les meilleurs. Ils proposent une balade au petit matin ou à la tombée du jour, entre chien et loup. Cette expression rentrée dans le langage commun prend ici tout son sens. En effet, cette espèce emblématique des lieux est ici dans ses terres. Malfaisant pour les uns, amusant pour les autres, fascinant pour tous, le loup fait partie de l’Histoire et de l’imaginaire des Monts d’Arrée et il est probable que cette promenade « à pas de loup » permette d’en croiser un.  

PAYS DE CORNOUAILLE

Bleu comme la nuit, doré comme le cidre, rouge comme le houx, vert comme le sapin ou glaz, subtil mélange de bleu, de vert et de gris, une escale hivernale en Cornouaille est une ode à la couleur. Ce territoire, qui surfe entre traditions et modernités, est tout à la fois créatif et authentique. Sa capitale, Quimper, dégage un charme indéniable. Maisons à pans de bois et hôtels particuliers façonnés dans le granit, placettes garnies de crêperies et ruelles pavées aux noms évocateurs des métiers d’autrefois… Son coeur historique se prête merveilleusement à la promenade, de cathédrale gothique en musées pointus, de boutiques typiques en librairies inspirées et ateliers créatifs.  

UN PANIER GARNI « MADE IN FINISTERE »

  Le whisky Mammenn à Poudreuzic www.facebook.com/distillerie.mammenn/ Les ormeaux de France Haliothis à Plouguerneau www.francehaliotis.com Le cidre de l’Apothicaire à Clohars Carnoët www.cidrerie-distillerie.com Les produits à base d’algues de la société Begood Alg à Quimper www.begoodalg.com Le bar de ligne des ligneurs de la pointe de Bretagne www.pointe-de-bretagne.fr Les galettes de la biscuiterie Le Goff à Morlaix www.maisonlegoff.com Les huîtres Prat ar Coum à Lannilis www.prat-ar-coum.fr Le kouign amann de Douarnenez www.kouign-douarnenez.com La coquille Saint Jacques des Glénan, de la rade de Brest ou de la baie de Morlaix Les fromages de Sten Marc à Guipavas www.fromagerieduboutdumonde.fr Les galettes de Pont-Aven  

Centre de thalasso Spa Resort CONCARNEAU www.concarneau-thalasso.com

Parmi les nouveautés proposées par le dernier centre de thalassothérapie créé en Bretagne, voici Espire. Respirer est un réflexe vital et naturel qui, parfois est détérioré par des émotions que nous essayons de maîtriser, voire de réprimer. Mal respirer et même oublier de respirer peut avoir des répercussions sur notre état de santé ! La proximité de l’Océan, l’environnement naturel, apaisant et vivifiant est le cadre rêvé pour réapprendre à bien respirer, à se reconnecter à son souffle. Les séances d’oxygénation, animées par l’équipe des sports de Thalasso Concarneau, permettent de s’initier à des techniques simples que chacun peut s’approprier pour trouver une harmonie intérieure et vivre pleinement au présent. Le + : La performance, la praticité et l’utilité au quotidien des techniques respiratoires enseignées – véritable boîte à outils – associées aux protocoles experts signés Thalasso Concarneau, reminéralisants, relaxants, respirants et défatiguants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *