mer. Avr 17th, 2024

La Baie de Quiberon. Un morceau de Bretagne situé tout au Sud dont les noms résonnent comme la promesse d’expériences authentiques, de surprises, d’insolite, de culture, de savoir-faire. On y découvre Quiberon bien sur l’une des premières stations climatiques de France mais aussi Carnac, La Trinité-sur-Mer, Locmariaquer, Auray, Etel, Plouharnel… Boisée au Nord, lunaire à l’Ouest, escarpée au Sud, ouverte sur le Golfe du Morbihan à l’Est et maritime sur une large frange littorale, la destination est un monde en soi. Un monde fait de criques et de falaises, de plages de sable et d’îles. Houat, Hoëdic… deux superbes grains de beauté dont la belle nature a été protégée pour mieux nous livrer leur singularité. Sauvages, authentiques, elles invitent à prendre le large, à se reconnecter avec l’environnement et à vivre intensément, librement, face à des horizons toujours plus vastes.  

Carte

24 communes – 50 plages de sable fin – 6 ports de plaisance – 54 chemins de randonnée – 30 ostréiculteurs – 2 thalassos – 32 activités nautiques – +3 000 menhirs – 198 km de circuit VTT Soulignant l’Atlantique d’une presqu’île aux allures de virgule, cette baie apostrophe l’océan de ses terres au caractère bien trempé. Les yeux rivés vers le large, ce coin du Morbihan a un supplément d’âme qui les rend uniques. Entre côte sauvage, plages de sable fin et chemins creux, elle se fait une escale iodée. On vient s’y perdre le temps d’une sortie en kayak sur une rivière ou en vélo sur la n°5, la voie verte qui part d’Etel pour filer vers Quiberon, d’une après-midi farniente sur la plage, d’un moment de spiritualité dans le silence d’une des nombreuses chapelles de l’intérieur du pays ou encore d’une soirée passée main dans la main à danser lors d’un fest noz.  

Une nature préservée

 

Houat et Hoëdic – Grains de beauté insulaires Deux îles aux parfums d’outre-mer.

Houat et Hoëdic. 45 minutes en bateau de Quiberon suffisent pour larguer les amarres et faire d’un voyage une véritable aventure. Embarquement immédiat pour Houat, ses plages de sable blanc, ses 16 km de chemins côtiers, ses côtes découpées, ses eaux d’un bleu limpide et ses adorables maisons blanches aux volets bleus… A pied ou en vélo, on parcourt les paysages semés de lys des dunes et de chardons, on part à la rencontre des pêcheurs qui travaillent encore de façon artisanale. Les distances sont courtes. L’île ne fait en effet que 3,3 km de long sur 1,5 km de large. Mais le plaisir est immense. Flotte ici un parfum de liberté. Un parfum que l’on retrouve à 25 mn de là, sur la deuxième île des lieux, Hoëdic. Hoëdic – Plus petite encore que sa soeur, elle mérite un détour ne serait-ce que pour ses plages sauvages et nappées d’eaux turquoise. Ici pas de voiture mais des sentiers à découvrir à pied, qui sont autant d’occasions d’observer les centaines d’oiseaux qui nichent sur ses terres océanes. Délicate, fragile, naturelle et vivante, elle est un jardin inspirant. A l’image de ses lys maritimes qui poussent sur ses dunes grises, de ces centaurées qui colorent ses pelouses littorales et de ses roses trémières qui enchantent ses petites rues. © Erwan Le Cornec  

Forêt de Camors

Au coeur du Morbihan, il est un lieu empli de mystère. Une forêt domaniale énigmatique que l’on prétend peuplée de korrigans 648 ha semés de feuillus et de résineux où les pierres plates et les arbres magiques servent de refuge à de drôles de petits lutins. Un peu partout, menhirs, dolmens et galeries funéraires ajoutent des touches de mystère. A tel point d’ailleurs que l’on prétend même que la forêt de Camors aurait été le domaine de « Barbe Bleue » ! Placée sous le signe de l’eau, la forêt alterne étangs, cours d’eau et fontaines. Idéal pour se ressourcer, pêcher et pique-niquer. On ne rate pas le « Menhir Braz » autrement appelé « Menhir de l’étoile » dont la grande taille et la solitude en pleine forêt le rend remarquable. On s’adonne à la randonnée au fil de trois circuits à emprunter à pied ou en vélo. Une dizaine de kilomètres à travers les chemins creux et les sentiers longeant les ruisseaux.  

Pointe de Kerpenhir

Elle est connue de tous les navigateurs. Marquant l’entrée du Golfe du Morbihan, la pointe de Kerpenhir donne le ton. Dans l’éclat du phare de Port-Navalo, se lit la promesse de belles découvertes. Celle de Locmariaquer dont dépend la pointe de Kerpenhir : village breton typique, il dévoile un patrimoine attachant composé de vieilles maisons, d’un port pittoresque, de plages de sable fin, d’un labyrinthe de ruelles et d’une impressionnante concentration de mégalithes. Celle d’un domaine de 95 ha protégé par le Conservatoire du Littoral. Celle de tous ces rochers battus par les vagues et au milieu desquels se dresse la statue de Notre-Dame de Kerdro toute de granit vêtue et mesurant 2,70 m de haut. Locmariaquer est le royaume de l’huître plate et l’un des plus grands centres ostréicoles du Morbihan. Si les romains connaissaient déjà des gisements naturels d’huîtres plates, il a fallu attendre le XIXème siècle et l’apparition de l’ostréiculture pour que la ville devienne le berceau de l’huître plate. Aujourd’hui, une trentaine d’entreprises sont installées et produisent 3000 tonnes environ par an.  

Vallée de Tréauray

Dans un creux formé par la rivière du Loc’h, prend vie une vallée. Une vallée toute verte et scintillante au coeur de laquelle se cache Tréauray. C’est là, dans ce paisible village que la rivière stoppée dans sa course par un barrage édifié à la fin des années 50 prend ses aises et se répand en un étang. Prisé par les pêcheurs de truites et de brochets, ce lieu est aussi une invitation à la promenade. En ouvrant l’oeil on peut y admirer au printemps des rhododendrons fleuris, mais aussi la chapelle de Saint-Quirin et les traces d’anciens moulins à eau qui autrefois rendaient bien service aux meuniers.  

Patrimoine

Irréductible petit coin de France, la Baie de Quiberon révèle des traces d’occupation datant de 5000 ans avant JC. C’est dire combien ces lieux ont depuis longtemps séduit les hommes. Témoins aussi imposants qu’envoûtants, d’énormes pierres se dressent aujourd’hui encore comme pour rappeler combien cette terre fascine depuis toujours. Menhirs, dolmens, allées couvertes… nombreux sont les mégalithes à avoir été érigés sur ce bout de Bretagne entre 4500 et 2000 avant JC.

Carnac

C’est certainement le site breton le plus célèbre qui soit. Datant du troisième millénaire avant JC, ces alignements sont considérés comme l’un des plus grands sites mégalithiques du monde. Pas moins de 3000 mégalithes se dressent sur 4 km offrant menhirs, dolmens, tumulus et allées couvertes. Les découvrir c’est partir à la rencontre des alignements de Ménec, Kermario, Manio, Kerlescan et petit Ménec. Avec une sobriété étonnante et une puissance époustouflante, ils nous font voyager dans le temps et remonter au Néolithique. Face à ces géants de granite, on s’interroge alors. Pourquoi ? Comment ? Le mystère plane encore autour d’un lieu qui dégage une énergie folle.  

Site mégalithique de Locmariaquer

Ils ont pour nom, le Grand Menhir Brisé, le tumulus d’Er Grahet ou encore le dolmen de la Table des Marchands. Tous font partie du majestueux site des mégalithes de Locmariaquer. Un site considéré comme une véritable pépite par les archéologues. Du haut de ses 21 mètres et de ses 280 tonnes, le Grand Menhir Brisé est la plus grande stèle jamais érigée par l’homme à cette époque. Quant au tumulus d’Er Grahet, il parle des sépultures à caveau fermé qui devaient abriter des personnages importants, des chefs tribaux et des représentants du culte. Le dolmen de la Table des Marchands lui, est orné de deux magnifiques dalles dorées. Cette ancienne tombe à couloir est une belle occasion de découvrir les rites funéraires.  

Alignements de Kerzerho à Erdeven

Avec 190 menhirs alignés sur près de 2km, c’est le plus important site mégalithique breton après Carnac. Pour en apprécier toute la mesure ou plutôt la démesure, il faut emprunter le circuit de randonnée. Pendant environ 2 heures, on admire les géants de pierre hauts de 6 m et pesant pas moins de 40 tonnes. Libres ou guidées, les visites ouvrent une page sur l’histoire et les légendes du lieu.  

Sainte Anne d’Auray

On dit qu’elle est la capitale spirituelle de Bretagne. Depuis des siècles, 500 000 pèlerins affluent chaque année dans ce petit coin du Morbihan faisant du sanctuaire de Sainte Anne d’Auray, le plus important de France après Lourdes et Lisieux. Ici, ils viennent admirer la basilique, le cloître, la maison de Nicolazic ou encore la Scala Santa. Des lieux qui invitent au recueillement et murmurent à qui veut bien écouter, l’étonnante histoire de ce paysan, Yvon Nicolazic, qui au XVIIème siècle vit apparaitre Sainte Anne, grand-mère de Jésus. Patronne de la Bretagne, elle le guida vers une statue enfouie dans un champ. Une statue pour laquelle le laboureur construisit une chapelle qui avec le temps et le succès deviendra une basilique. Le 26juillet est le Grand Pardon, un rassemblement mêlant spiritualité et culture bretonne. Au son du biniou et de la bombarde, un cortège défile en costumes traditionnels. Une occasion pour les pèlerins d’admirer la statue de Sainte Anne.  

Découvrir chapelles, églises et autres trésors du patrimoine religieux du pays d’Auray.

Voilà ce que propose Détour d’Art, un évènement qui invite à explorer les lieux prestigieux et insolites à travers leur architecture et les histoires locales. Au programme des visites libres ou guidées, des jeux de pistes, des concerts et des randonnées pour mettre en lumière le sanctuaire de Sainte-Anne-d’Auray bien sûr mais aussi l’église Saint Gildas, le Champ-des-Martyrs, la chapelle du Saint-Esprit ou encore la chapelle de la Trinité, superbe exemple de gothique flamboyant.  

Auray, Port de Saint-Goustan

A l’intérieur des terres, villes et villages s’égrènent avec simplicité et authenticité. Parmi les plus beaux, Auray et son ambiance médiévale. Nichée au creux de la rivière, la ville offre ses maisons à pans de bois, ses placettes pavées, ses rues égayées d’ateliers d’artistes et son adorable port de Saint-Goustan.

Bien-être

Sofitel Quiberon Thalassa Sea & Spa Face à la mer et Belle-île-en-Mer, ce resort 5 * est la référence en matière de thalasso. Depuis plus de 50 ans maintenant et sa création par Louison Bobet, précurseur en la matière, l’institut s’évertue à faire du bien-être, sa raison de vivre. Ses atouts? Des marques de cosmétiques expertes, des bilans et programmes connectés, de nouvelles techniques de soins et de lâcher-prise. Thalazur Carnac & Spa Resort 100 % bio Unique en France, cette thalasso est la seule à proposer des programmes de cure 100 % bio grâce à une gamme de soins certifiés Ecocert en lien avec l’univers marin. Côté cuisine avec des menus plébiscitant les produits bio mais aussi côté soins avec le fameux spa marin de 2500 m2, le premier au monde à avoir reçu le label Being référençant les spas écologiques. A découvrir au coeur d’un parc naturel préservé de 14 ha. Le Dihan Evasion, un établissement proposant en dehors de ses cabanes perchées dans les arbres et autres hébergements insolites, une large gamme de soins du corps et du visage inspirés des rituels du monde. A découvrir après être allé au hammam et au sauna.   • Au Carnac Lodge Hôtel & Spa, l’espace balnéo propose une piscine à 31°, un hammam, un sauna, jacuzzi ainsi que tout une palette de massages faisant voyager de Bali à Hawaii en passant par la Suède et la Californie.   • Au Diana à Carnac, face à la Baie de Quiberon, l’espace bienêtre a été placé sous le signe de Nuxe. Hammam, sauna, jacuzzi à débordement extérieur, piscine chauffée et douche sensorielle viennent compléter une gamme de soins classiques ou plus exclusifs réservés aux futures mamans par exemple.

 

Evènements culturels

Festival Un automne autrement/Bro Alré Gouil Bandé Festival Presqu’île Breizh  

Loisirs

A cheval

A pied

 

Evènements sportifs

Morbihan Paddle Trophy 29, 30 avril, 1er mai Triathlon Quiberon  

Gastronomie

La belle-iloise – La Cour d’Orgères – Maison Lucas – Les niniches de la Maison d’Armorine – La Quiberonnaise – Maison Riguidel – Maison Le Roux – Des bières bien de chez nous: Il n’y a pas que du cidre en Bretagne ! Pour preuve, ces bières artisanales qui colonisent de plus en plus les bars de la région. Toute nouvelle puisqu’ouverte en 2020, l’Etrille a pris place dans une ancienne menuiserie de Locmariaquer et offre 4 bières, une blonde, une blanche, une ambrée et une Ipa vagadonde. Autre alternative, la cave-brasserie de l’Hermine-Ivre Mer à Belz. Un lieu où l’on brasse et où l’on déguste également tout en se restaurant. Le tout au coeur d’un lieu de vie mariant jeux pour enfants, terrain de boules et jardin paysager.