sam. Juin 15th, 2024
Featured Video Play Icon

L’Opéra royal, une œuvre majeure de l’architecte Ange-Jacques Gabriel, est la plus grande salle de spectacles d’Europe lors de son inauguration en 1770 sous Louis XV. Il représente une prouesse technique et un raffinement décoratif remarquables. Initialement souhaité par Louis XIV, le projet est finalement réalisé sous le règne de Louis XV. Louis XIV avait envisagé d’aménager une salle de spectacle à l’extrémité de l’aile du Nord du Château, mais il avait préféré la construction de la Chapelle en 1710. Le renoncement du Grand Roi s’explique par son désintérêt pour les grands spectacles de sa jeunesse et par la possibilité d’organiser des spectacles dans la petite salle de la cour des Princes depuis 1682. Ange-Jacques Gabriel, Premier architecte du roi depuis 1742, persiste dans ses études malgré la réticence initiale de Louis XV. Ce dernier autorise finalement la construction de l’Opéra royal, influencé par la perspective des mariages à venir de ses petits-fils.

Gabriel conçoit un théâtre avec une architecture en ellipse tronquée, des niveaux en retraits, et des loges à la française sans cloisons. La décoration sculptée est confiée à Augustin Pajou, et les peintures à Louis-Jacques Durameau. L’aspect modulable de la salle est un chef-d’œuvre réalisé par Blaise-Henri Arnoult, premier machiniste du roi. La machinerie complexe, dirigée par des treuils, permet à la salle de servir à la fois de salle de théâtre, de salle de bal, ou de salle de festin. Ce système ingénieux rendait la salle adaptable en quelques jours, éliminant la nécessité de construire de nouvelles décorations ou machines à chaque occasion, et permettant une réutilisation infinie en fonction des besoins. L’Opéra royal devient ainsi un lieu polyvalent pour des festivités, des spectacles et même des débats parlementaires, marquant l’histoire de la vie monarchique puis républicaine.    

Transformé en salle de bal dans sa configuration la plus vaste et spectaculaire, le théâtre présentait un plancher uni s’étendant de l’entrée de la salle jusqu’au fond de la scène sur plus de 45 mètres. Pour cette utilisation, la scène était ornée d’un riche décor permanent, équipé de praticables pour accueillir des spectateurs répartis sur plusieurs niveaux de loges. Le décor pour les bals se distinguait par ses couleurs plus vives, dominées par le vert émeraude, le bleu et l’argent.

Inauguré le 16 mai 1770 lors du festin des noces du Dauphin avec l’archiduchesse Marie-Antoinette, ce théâtre extraordinaire n’a été utilisé qu’une quarantaine de fois jusqu’à la Révolution. Il servait principalement lors des mariages de la famille royale et pour honorer les souverains étrangers, offrant soit des représentations, soit des bals. La dernière utilisation pour une fête de Cour remonte au 18 juillet 1784, avec un bal en l’honneur du roi de Suède Gustave III. En 1789, le célèbre banquet des gardes du corps marque la fin de l’utilisation sous l’Ancien Régime.

Pendant la Révolution, l’Opéra royal est préservé mais dépouillé de son mobilier, de ses glaces, de son luminaire et de ses décors. Louis-Philippe ordonne sa restauration lors de la création du musée de Versailles, apportant des modifications à la salle tout en préservant la scène et la machinerie. Le théâtre est utilisé sporadiquement pour des spectacles officiels, comme l’inauguration du musée en 1837. En 1855, Napoléon III organise un banquet pour la reine Victoria et une représentation de gala pour le roi consort d’Espagne en 1864.

En 1871, après la chute du Second Empire, l’Assemblée nationale utilise l’Opéra comme salle des séances. Les lois constitutionnelles de 1875 attribuent le théâtre au Sénat, entraînant des modifications importantes. Après des menaces de ruine à la fin de la Seconde Guerre mondiale, une restauration complète sous la direction de l’architecte André Japy est achevée en 1957. Cependant, la machinerie originelle est largement détruite, et des modifications malheureuses sont apportées à la scène. Des travaux entre 2007 et 2009 permettent la suppression de ces modifications et la restitution du premier plan.

Depuis 2009, l’Opéra royal accueille de nombreux spectacles et concerts.