lun. Juil 22nd, 2024

Le mont Kinabalu domine ce géoparc situé dans l’État de Sabah, à l’extrémité nord de l’île de Bornéo. Plus haut sommet s’élevant entre les chaînes de l’Himalaya et la Nouvelle-Guinée, il attire les explorateurs depuis plus d’un siècle. Sur une superficie de 4 750 kilomètres carrés, le géoparc abrite de nombreuses espèces végétales et animales endémiques, parmi lesquelles 90 espèces d’orchidées qui ne poussent que sur les pentes du mont, et le rouloul sanglant, un oiseau qui ne se rencontre en nul autre endroit sur Terre. Le géoparc présente une incroyable géodiversité, notamment des roches ultramafiques vieilles de milliards d’années ; ces roches, présentes dans le manteau terrestre, remontent parfois à la surface lors d’une éruption volcanique. Des intrusions granitoïdes sont également visibles en surface : lors d’une éruption, la majeure partie du magma demeure cachée à l’intérieur de la croûte, où il se solidifie pour former des roches ignées intrusives comme le granit. Le géoparc contient aussi des éléments topographiques uniques, notamment les sources chaudes de Poring et le site de Ranau-Tambunan, composé de roches sédimentaires plissées et faillées.