sam. Juin 15th, 2024

Les cinq nouveaux biens ont été inscrits sur les listes du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. L’annonce a été faite lors de la 18e session du Comité intergouvernemental pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel qui s’est tenue à Kasane, République du Botswana, du 4 au 9 décembre 2023. Avec cette inscription, le nombre d’éléments culturels du pays inscrits sur les Listes de l’UNESCO est passé à 30. Ainsi, la Türkiye est devenue le deuxième pays sur les listes avec le plus de valeurs culturelles.

Au cours de la réunion du comité, la « culture traditionnelle de l’olivier » a été inscrite sur la Liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO nécessitant une sauvegarde urgente. « L’artisanat et l’art du Mey, l’artisanat de l’incrustation de la nacre, l’Iftar et ses traditions socioculturelles et l’art de l’illumination ont été inscrits sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO.

Une tradition séculaire : La culture de l’olivier

 

L’olivier rustique et humble est l’une des valeurs significatives de la Türkiye, surtout lorsqu’on explore la culture qui s’est formée autour de lui. La culture traditionnelle de l’olivier en Türkiye signifie des connaissances, des méthodes et des pratiques traditionnelles transmises depuis des siècles concernant la greffe, la taille et la fertilisation du « delice » (olivier sauvage), la cueillette et la récolte des olives, la transformation telle que la conservation et le marinage des olives de table et l’extraction de l’huile d’olive. Elle joue également un rôle essentiel dans la préservation de l’identité sociale et culturelle, car ses détenteurs, en particulier dans les zones rurales, continuent à produire des olives et de l’huile d’olive selon des méthodes traditionnelles, qui n’ont pas changé de manière significative depuis des siècles jusqu’à aujourd’hui.

 

Tradition musicale et durabilité

Le mey (balaban) est un instrument à vent joué depuis des siècles en Türkiye. Cet instrument, connu pour sa sonorité unique et son importance culturelle dans la musique folklorique, fait partie intégrante des rassemblements culturels, des mariages, des célébrations et des occasions festives tout au long de l’histoire. Le mey est également utilisé dans la tradition aşık (ménestrel) et dans les duos de bardes. Il existe trois tailles traditionnelles différentes : « ana » (la plus grande), orta (moyenne) et cura (la plus petite). Outre les tailles traditionnelles, on trouve aujourd’hui diverses formes de mey dans différents airs. « L’artisanat et l’art du Mey/Balaban ont été inscrits sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO au nom de la Türkiye et de l’Azerbaïdjan.

L’art complexe de l’incrustation de nacre

L’incrustation de nacre, connue sous le nom de « sedef kakma » en turc, est un art exquis vénéré pour son élégance et sa beauté complexe. Cette technique ancienne consiste à incruster délicatement de la nacre luminescente dans les fentes ouvertes sous diverses formes sur des structures en bois. L’artisanat traditionnel est appliqué aux éléments architecturaux intérieurs, aux articles quotidiens tels que les cannes, les miroirs, les sabots, les cadres, les chandeliers, les peignes, les jeux de backgammon, les tables, les chaises, les fauteuils et les souvenirs. L’art de l’incrustation de la nacre, qui permet de créer de superbes motifs irisés, a une riche histoire profondément ancrée dans la culture turque et continue de refléter la maîtrise et le goût du peuple anatolien depuis des siècles. « Le savoir-faire de l’incrustation de nacre a été inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO au nom de la Türkiye et de l’Azerbaïdjan.

 

L’élégance dorée : L’art intemporel de l’enluminure 

L’enluminure, appelée « Tezhip » en turc, est un autre art décoratif couramment pratiqué en Türkiye. Cet art, qui signifie « décoration avec de l’or » au sens le plus général, implique la dorure complexe de manuscrits, de textes calligraphiques et de miniatures depuis des siècles. La peinture ou la feuille d’or ajoute un éclat lustré qui capte et reflète la lumière, renforçant ainsi l’attrait de l’œuvre d’art. Les interprétations conventionnelles et contemporaines de cet élément sont aujourd’hui visibles dans les manuscrits, les miniatures, la calligraphie et les papiers simples. Il est également utilisé dans l’architecture et la décoration d’objets domestiques. « L’art de l’enluminure a été inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO au nom de l’Azerbaïdjan, de l’Iran, du Tadjikistan, de la Türkiye et de l’Ouzbékistan. Cet élément, transmis de génération en génération depuis des siècles, fait partie intégrante de l’identité culturelle des praticiens et de la mémoire collective de communautés plus larges au sein de ces États.

 

 

Une tradition socioculturelle : L’Iftar  

De nombreuses traditions propres au mois sacré du ramadan, au cours duquel le jeûne est pratiqué, se transmettent de génération en génération depuis des siècles. L’Iftar, le repas du soir pour rompre le jeûne pendant le mois sacré du Ramadan, est l’une de ces traditions qui revêt une profonde signification socioculturelle. Tout en réunissant les familles, les amis, les voisins et les proches dans une expérience commune, le repas de l’iftar va bien au-delà de l’alimentation et incarne la dévotion, la gratitude, la générosité et l’hospitalité. L’iftar et ses traditions socioculturelles ont été inscrits sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO au nom de la Türkiye, de l’Azerbaïdjan, de l’Ouzbékistan et de l’Iran.