Parmi les nombreux trésors archéologiques dont seul le Pérou a le secret, le site de Chavín de Huántar fait partie des plus mystérieux. Situé dans le nord du pays, dans la région d’Ancash et au cœur de la Cordillère Blanche, il est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Pour y accéder, trois heures de bus depuis Huaraz sont nécessaires. Et c’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles le site de Chavín de Huántar est l’un des moins fréquentés malgré sa taille et son état de conservation.

C’est ici que se trouvait le centre névralgique de la civilisation Chavin qui se développa entre 1500 et 300 av. J.-C. dans cette haute vallée des Andes péruviennes. Perchée à 3000 mètres d’altitude, la cité précolombienne occupait une localisation stratégique puisqu’elle était au carrefour des routes commerciales de l’époque. La visite de Chavín de Huántar permet de retracer plusieurs millénaires d’histoire sud-américaine au beau milieu d’une nature sauvage et préservée. L’architecture de cet ensemble de terrasses et de places entourées de constructions en pierres appareillées ainsi que son ornementation, en grande partie zoomorphique, donnent un aspect saisissant à cet ancien lieu de culte, l’un des sites précolombiens les plus anciennement connus et les plus célèbres.

Les perles du Nord du Pérou

Le Machu Picchu, l’attraction la plus visitée du Pérou, a rouvert ses portes aux touristes internationaux le 15 février dernier. Cependant, le Pérou a bien plus à offrir ! Le nord du pays a de nombreux atouts et propose une grande variété d’expériences uniques pour tous les profils de voyageurs. Cette newsletter vous offre un aperçu des pépites du nord.

Le Parc National de Huascaran

Situé à 43 km au sud de Huaraz, dans la plus haute cordillère tropicale du monde, le parc national de Huascaran est un paradis pour les randonneurs de tous niveaux. La preuve en chiffres :

Huascaran est un parc national depuis 1975 et est reconnu comme « patrimoine mondial » et « réserve de la biodiversité » par l’UNESCO depuis 1985. 

Chavin de Huantar

Parmi les nombreux trésors archéologiques dont seul le Pérou a le secret, le site de Chavín de Huántar fait partie des plus mystérieux. Situé dans le nord du pays, dans la région d’Ancash et au cœur de la Cordillère Blanche, il est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Pour y accéder, trois heures de bus depuis Huaraz sont nécessaires. Et c’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles le site de Chavín de Huántar est l’un des moins fréquentés malgré sa taille et son état de conservation.

C’est ici que se trouvait le centre névralgique de la civilisation Chavin qui se développa entre 1500 et 300 av. J.-C. dans cette haute vallée des Andes péruviennes. Perchée à 3000 mètres d’altitude, la cité précolombienne occupait une localisation stratégique puisqu’elle était au carrefour des routes commerciales de l’époque. La visite de Chavín de Huántar permet de retracer plusieurs millénaires d’histoire sud-américaine au beau milieu d’une nature sauvage et préservée. L’architecture de cet ensemble de terrasses et de places entourées de constructions en pierres appareillées ainsi que son ornementation, en grande partie zoomorphique, donnent un aspect saisissant à cet ancien lieu de culte, l’un des sites précolombiens les plus anciennement connus et les plus célèbres.

     

Que voir dans l’Amazonie péruvienne ?

 

1 Iquitos

C’est la plus grande ville au monde uniquement accessible en avion (vol de 1h30 depuis Lima) ou en bateau. Située sur les rives de l’Amazone, Iquitos constitue un excellent point de départ pour des excursions dans la jungle amazonienne. La ville en elle-même présente plusieurs centres d’intérêt tels que l’architecture coloniale de la Plaza de Armas, la Casa de Fierro (une maison à structure métallique dessinée par Gustave Eiffel) ou encore le musée des Cultures Indigènes Amazoniennes.
 
 

2 La réserve nationale de Pacaya-Samiria

 
Située à 180 km au sud-est d’Iquitos, elle possède l’une des biodiversités les plus riches de la planète avec 527 espèces d’oiseaux, plus de 100 espèces de mammifères, dont le dauphin rose, 69 espèces de reptiles, 58 espèces d’amphibiens et 269 espèces de poissons. C’est la plus grande réserve naturelle du pays (21 000 km²).
 
 

3 La réserve nationale d’Allpahuayo Mishana

 
Facile d’accès depuis Iquitos, cette réserve est une zone protégée étendue sur 58 000 hectares, couvrant la plus grande concentration de forêts de sable blanc ou varillales, un écosystème rare favorisant le développement d’espèces propres à cet environnement. Parmi cette riche biodiversité, on dénombre 83 espèces d’amphibiens, 145 espèces de mammifères et 475 espèces d’oiseaux (dont le magnifique Pompadour Cotinga), sans oublier de nombreuses espèces végétales.
 
 

4 Puerto Maldonado

 
Considérée comme la capitale de la biodiversité du Pérou, Puerto Maldonado est située au confluent des rivières Tambopata et Madre de Dios. La ville est un point de passage important pour commencer l’exploration de la jungle amazonienne. Située au sud de la rivière Madre de Dios, la réserve naturelle de Tambopata est une des attractions les plus populaires de Puerto Maldonado.
 
 

5 Parc national de Manu

 
Situé entre les régions de Cusco et de Madre de Dios, le parc national de Manu présente une diversité biologique impressionnante avec près de 14 écosystèmes. Il a été déclaré par l’UNESCO comme réserve de la biosphère mondiale et le site est inscrit au patrimoine naturel de l’humanité.
 
L’histoire dela Dame de Cao
 

La région de La Libertad regorge de sites archéologiques à découvrir comme Chan Chan, les pyramides Moches ou encore le site del Brujo (60 km de Trujillo). C’est au sein de ce dernier complexe millénaire que la momie de la « Señora » de Cao a été découverte en 2006. Les archéologues ont trouvé sur elle 23 colliers en or, argent ou cuivre et un grand nombre de pierres précieuses. Selon eux, la dame de Cao avait entre 25 et 30 ans au moment de sa mort, aux environs de 450 après JC. Après l’apogée du seigneur de Sipán, entre 300 et 400 après JC, il se peut que la Señora de Cao ait été la femme la plus puissante de l’histoire Moche et de la culture andine.

Trois grands édifices constituent le complexe archéologique d’El Brujo : la Huaca Prieta, la Huaca Cao Viejo et la Huaca Corta. On y trouve aussi le musée de Cao, où l’on peut en apprendre plus sur son histoire et observer sa momie et ses effets personnels.

 
Le Carnaval de Cajamarca

Le carnaval de Cajamarca est le plus populaire du nord du Pérou et l’un des plus emblématiques du pays grâce à la ferveur des locaux. La tradition de la « yunza » y est respectée : on plante artificiellement un arbre chargé de cadeaux, avant de danser tout autour et d’essayer de l’abattre avec une machette. Le couple qui parvient à donner « le coup fatal » devra organiser cette cérémonie l’année suivante. Bien qu’il s’agisse du carnaval le plus important du pays, il reste à taille humaine et est un événement folklorique.

Chaque année, le carnaval dure officiellement 1 mois, il commence dès la première semaine de février. Les habitants de Cajamarca défilent par petits groupes pour s’entrainer (concerts, mini représentations de danse et des parades) en vue de la semaine la plus importante du carnaval qui se déroule à chaque première semaine de mars.

Chaparri Lambayeque
 

L’un des plus beaux lieux de conservation de la faune sauvage du nord du Pérou, est Chaparri, une réserve écologique privée située à 62 km à l’ouest de Chiclayo dans la région de Lambayeque. Cette zone de conservation privée de 34 412 hectares est détenue et gérée par une communauté paysanne des forêts sèches du nord du Pérou. Elle abrite une grande variété d’animaux sauvages, y compris de nombreuses espèces endémiques et menacées telles que: l’ours à lunettes ou andin, le condor andin, le Pava Aliblanca, le Zorro Costeño, le Guanaco et le Pitajo de Tumbes.

L’association pour la conservation de la nature et le tourisme durable Chaparri propose des expériences immersives comme des visites guidées, des rituels chamaniques et la narration de mythes et légendes locales ou encore l’observation des oiseaux.

Pour en savoir plus : Ancash – Pérou, le miroir des cordillères

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *