lun. Mai 27th, 2024

Rennes, 2 mai 2024 – La Flamme Olympique de Paris 2024 sillonnera l’ouest de la France du 28 mai au 7 juin prochain. Un moment de fête, de partage et de cohésion qui mettra en valeur tous ceux qui participent au rayonnement du territoire par leur audace, leur créativité et leur savoir-faire. Parrain Officiel du Relais de la Flamme, la Banque Populaire Grand Ouest a sélectionné des éclaireuses et des éclaireurs engagés qui ont un impact vertueux en matière d’inclusion, de respect de la diversité et d’entreprenariat. Illustration avec quelques-unes de ces personnalités à part.

A la rencontre de …

Ryann Dubois, l’innovation au service des autres
Eclaireur dans le Finistère, le 7 juin 
 
Pour les porteurs de troubles DYS, les troubles spécifiques du langage et de l’apprentissage, ce kit autocollant est une mini-révolution. En le fixant sur le clavier, il facilite l’utilisation des outils multimédias. Cette idée, c’est celle de Ryann Dubois. Il l’a trouvée, l’a développée, l’a brevetée avant de la commercialiser. En l’espace de trois ans, sa petite entreprise a vendu plus de 14 000 kits à travers le monde. Actuellement en école d’ingénieur, Ryann compte bien continuer à proposer des solutions pour aider tous ceux qui souffrent de ces troubles et contribuer ainsi à leur bien-être et même à leur mieux-être.
 
« À l’origine, j’avais imaginé un système pour moi, pour me faciliter la vie. Et puis j’ai compris que ça pouvait servir à d’autres. L’idée de partage, c’est un des axes forts du projet. Avec le soutien de mes parents, j’ai bataillé pour présenter le produit, le produire, le développer, trouver des distributeurs… À l’avenir, j’ai envie de continuer à aider tous ceux qui ont besoin de ces dispositifs.
Porter la Flamme Olympique, c’est quelque chose d’unique. Quand j’étais à l’école, on me disait que je n’allais pas réussir à faire grand-chose de ma vie. Aujourd’hui, je continue à prouver le contraire. »
 
Didier Le Diodic, un collaborateur Banque Populaire Grand Ouest engagé
Eclaireur dans le Morbihan, le 6 juin
 
Son engagement, il en a fait son métier. Didier Le Diodic, qui est né et a grandi à Lorient, est chargé du mécénat à la Fondation de la BPGO.
La fibre de l’accompagnement, Didier la cultive depuis longtemps en s’engageant dans de nombreuses associations, comme Cap Emploi qui soutient l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap, ou encore l’Autre Cercle qui milite pour l’inclusion des personnes LGBT+. Didier est par ailleurs trésorier à Team 303 qui vise à aider financièrement les sportifs paralympiques de la région Pays de la Loire en vue des JO.
 
« Je ressens beaucoup d’émotion et de fierté à l’idée de porter la Flamme Olympique. Je me sens chanceux aussi d’avoir cette opportunité, surtout à Lorient, ma ville de naissance et de cœur. Les valeurs des JO ont une signification importante pour moi. J’ai toujours à cœur de prendre soin de l’autre, de m’investir pour les plus fragiles et les plus démunis. Je pense que c’est la place qu’on devrait tous prendre. Je sais bien que de nombreuses personnes mériteraient de porter la Flamme Olympique. Mais ça ne va pas m’empêcher de profiter de ce moment unique ! »
 
Laurent Stephan, viser les sommets
Eclaireur en Loire-Atlantique, le 5 juin
 
Laurent est un chef d’entreprise reconnu, spécialisé dans la conception de produits connectés. À la tête de 4Mod, il propose des objets connectés pour des applications industrielles (qualité de l’air, mesure de l’eau, géolocalisation). Il veille à ce que chaque produit ait le moins d’impact possible sur l’environnement. En parallèle, il a fondé une association « Un sommet pour tous » dont le but est de provoquer la rencontre entre des jeunes issus des quartiers populaires et des dirigeants d’entreprise, au cours d’activités autour de la montagne. Depuis 2019, plus de 500 personnes ont participé aux activités de cette association.
 
« Ce que j’aimais dans l’idée d’« aller en montagne », c’était de proposer des activités que, ni les jeunes, ni certains de leurs mentors, n’auraient imaginer réaliser dans leur vie. Cela leur permet de découvrir leurs limites, de savoir qu’ils sont capables de faire des choses incroyables tout en restant très soudés. Porter la Flamme Olympique, c’est une façon de rendre hommage à tous ceux qui se surpassent et font preuve d’une détermination incroyable dans leur vie. »
 
Michelle Sevin, le bénévolat et l’engagement au cœur
Eclaireuse en Ille-et-Vilaine, le 1er juin
 
Son histoire avec l’olympisme a débuté en 1992 à Barcelone. Michelle Sevin fait alors partie de la délégation française des Jeux paralympiques en tant que joueuse de para-tennis de table. Souffrant d’une paralysie du bras droit, elle a ensuite la chance de participer ensuite à trois autres olympiades (1996, 2000, 2004). Elle remporte au total six médailles dont une en or, à Atlanta. La suite, c’est un long engagement dans des instances sportives. Dans un premier temps bénévole au sein de son club, elle en prend ensuite la tête puis s’investit au sein du comité départemental et régional, devenant peu à peu une interlocutrice incontournable de la discipline en Bretagne.
 
« Je suis très heureuse et très fière de porter la Flamme Olympique. C’est très symbolique mais ça me permet de véhiculer des valeurs qui me sont chères. Mon parcours est à la fois celui d’une sportive et d’une responsable associative. Lorsque j’ai remporté la médaille d’or, j’ai eu du mal à réaliser, il y avant tellement de choses qui se bousculaient dans ma tête. Dès mes débuts, je me suis engagée comme bénévole dans mon club. J’aime être dans l’action. J’ai aussi apprécié que des personnes me soutiennent et cela m’est naturel de leur renvoyer l’ascenseur aujourd’hui.*

 

Pour aller plus loin …
 
Marion Porcher (Mayenne). Spécialiste du VTT trial, Marion est quadruple championne de France et deux fois championne du monde par équipe. Victime d’un grave accident en 2015 lors de la coupe du monde en Pologne, elle doit brutalement mettre fin à sa carrière. Elle s’est battue avec courage et détermination pour réapprendre à marcher, reprendre le vélo et la course à pied.
 
Christine Alix (Manche). Ancienne élève de l’École Nationale de Voile, Christine est porteuse d’un handicap. Sa devise : « Vivez vos rêves, ils connaissent le chemin ; partagez-les, ils sont d’autant plus enrichissants ». Elle a fondé l’Association Parenthèses de Vies, qui s’adresse aux personnes handicapées de tous âges, quel que soit le type de handicap (physique, psychique, sensoriel). L’association propose gratuitement la pratique de la voile et du golf. Souhaitant développer une démarche inclusive, elle associe également des personnes valides dans son projet.
 
Roger Nzabat-Kiakoulanda (Maine-et-Loire). Enseignant de formation et ancien président d’un club de foot à Angers, il considère ce sport comme un levier d’intégration socio-professionnelle pour tout nouvel arrivant sur le territoire français. Il préside une association, l’ASSEA (Association d’Action Solidaire pour la Santé, l’Education et l’Agriculture), œuvrant à l’international dans le cadre de la santé, de l’éducation et de l’agriculture en lien avec la Commune de Loire-Authion. Le fil rouge de l’ASSEA est l’organisation d’un concours de dictée francophone, en simultané avec des élèves de Brazzaville au Congo et de sa commune. 
 
Gwladys Lemoussu (Vendée). Soutenue par la Banque Populaire Grand Ouest, la trentenaire est para-triathlète. Après un très bon début de saison, la médaillée de bronze aux Jeux de Rio en 2016 et vice-championne d’Europe en 2022 aura la chance de porter la Flamme Olympique le 4 juin. Elle fait par ailleurs partie des para-athlètes qui devraient représenter la France aux Jeux Paralympiques.

 
Le parcours de la Flamme Olympique sur le territoire de la Banque Populaire Grand Ouest :
28 mai : Maine-et-Loire
29 mai : Mayenne
31 mai : Manche
1er juin : Ille-et-Vilaine
4 juin : Vendée
5 juin : Loire-Atlantique
6 juin : Morbihan
7 juin : Finistère