lun. Juil 22nd, 2024

Alors que les célébrations qui accueillent 2024 s’achèvent, il est temps de penser à d’autres événements colorés, vibrants, authentiques et remplis de sens qu’on ne célèbre qu’au Pérou! Entre festivals et Carnavals… Faites coïncider votre voyage et vos étapes pour n’en manquer aucun et vous reviendrez de votre séjour avec la tête, le cœur, l’esprit et les sens remplis de l’énergie unique qui règne ici, mêlant spiritualité, histoire, vivre-ensemble et traditions.

Le carnaval constitue pour les Péruviens une période de gratitude, ainsi qu’une raison pour exposer le meilleur de l’art et de l’artisanat de chaque région. Cette célébration est unique dans chaque lieu et alterne processions, foires, défilés et gastronomie, comme un échantillon du patrimoine vivant de la culture péruvienne. C’est le résultat de siècles de mélange entre les coutumes hispaniques et indigènes.

Parmi les carnavals les plus représentatifs du Pérou, qui en raison de leur caractère spectaculaire suscitent le plus grand enthousiasme parmi les Péruviens et les étrangers, on peut citer :

Le Carnaval de Cusco

La Cité Impériale retentit de fêtes et de joie avec son carnaval qui allie tradition, culture et gastronomie. Depuis  l’époque coloniale, les rues du centre historique et la Plaza de Armas voient locaux et visiteurs célébrer cette période au rythme de la musique folklorique interprétée par divers groupes et orchestres. De même, vous pourrez apprécier les Corsos aux  chars colorés et costumes typiques de la région. Attention aux jets d’eau, de farine ou de mousse….

Les populaires yunzas font également partie du carnaval de Cusco ; ce sont des arbres décorés de cadeaux et de surprises qui sont distribués tout au long de l’évènement.. La nuit, les gens se rassemblent pour déguster les plats délicieux et traditionnels tels que le Cuy chactado, le Puchero et la Frutillada, une boisson ancestrale de la région.

Le Carnaval d’Arequipa

Au rythme des genres andins comme le huayno, la Ville Blanche accueille chaque année des centaines de personnes entre février et mars pour célébrer son carnaval traditionnel. La fête commence sur la Place d’Armes avec l’apparition du personnage principal, le Roi Ño Carnavalón, qui représente le sarcasme et l’ironie, et qui en profite pour ridiculiser parfois le comportement des gens qui l’entourent et l’enterrement de celui qui est également appelé Roi Momo, a lieu au milieu de musiques et de danses traditionnelles.

D’autres activités émaillent le carnaval, comme la remise du prix du concours de masques ou l’élection de la Reine du Carnaval.

Le carnaval de Cajamarca

La ville de Cajamarca est connue comme la capitale du carnaval péruvien. Cajamarca vibre en février et mars pendant deux semaines au rythme de la musique et des couleurs des comparsas. Parmi eux, se distingue la troupe du roi Momo ou Ño Carnavalón, qui est reçu avec les honneurs puis voilé et enterré. Cette poupée géante représente l’ adieu à la mauvaise énergie, alors les gens célèbrent son décès avec du talc et de la peinture.

C’est l’une des fêtes les plus attendues, représentatives et joyeuses du Pérou, à laquelle participe tout le peuple cajamarcan. avec un agenda plein d’activités culturelles, de divertissement et de compétition. Pendant les vacances, des concours de coplas (vers chantés), des patrouilles et des défilés sont organisés ; On assiste au défilé allégorique et un concours de beauté est organisé entre les femmes des cinq quartiers de la ville afin d’élire la Reine du Carnaval.

Carnaval de Catacaos  (Piura)

Le nord péruvien n’est pas en reste et l’un de ses carnavals les plus fréquentés est le Carnaval de Catacaos, à Piura , où des centaines de personnes de tous âges se rassemblent sur la Plaza de Armas pour profiter du défilé coloré de chars qui défilent au son des groupes de musique et des danseurs. Il se déroule en février sous une chaleur rayonnante, unique dans cette région du pays.

La célébration commence par le traditionnel “manguerazo”, au cours duquel un groupe de pompiers projette des jets d’eau depuis une plate-forme sur les centaines de participants qui sautent et font la fête au rythme des percussions. Grâce à l’hospitalité des habitants de Catacaos, vous pourrez profiter et vivre une grande expérience dans ce festival qui cherche à s’imposer comme l’un des plus importants de tout le Pérou.

Notre coup de cœur typique, insolite et historique – Le Festival de la Vierge de la Candelaria

 

En février, et pendant 2 semaines, Puno devient l’épicentre mondial du folklore péruvien. En raison de sa popularité et de son caractère spectaculaire, le Festival, célébré sur les rives du lac Titicaca, rassemble des visiteurs du monde entier, désireux d’apprécier les traditions indigènes et coloniales représentées par des milliers d’artistes sous forme de chorégraphie et de danse. C’est la plus grande fête du Pérou : environ trente mille danseurs et huit mille musiciens vêtus de vêtements traditionnels  participent aux célébrations chargées d’une grande énergie. Ils font bouger la foule avec leur rythme contagieux et leur joie débordante.

Cette célébration est un joyau de la tradition artistique du Pérou.  Il n’est donc pas surprenant que  l’hommage à « Mamacha » Candelaria, patronne de Puno, ait été déclaré patrimoine culturel du Pérou en 2003.

L’hommage spécial des habitants de Puno à la Virgen de la Candelaria remonte à 1781, lorsque la ville était assiégée par les troupes de Túpac Amaru. Les citoyens apeurés emmenaient la Vierge en procession avec des cierges allumés et accompagnés de groupes de sikuris (souffleurs de flûte de pan).

La manifestation nocturne massive et bruyante a dérouté les envahisseurs, les conduisant finalement à fuir la zone. Il existe trois versions du motif de la désertion : la première indique que les occupants ont confondu la foule avec une grande armée ; la seconde, que les guerriers pensaient être attaqués par des soldats à cheval et la troisième, qu’ils se rendirent par respect pour la Vierge.Quoi qu’il en soit, les habitants de Puno ont attribué leur salut à un miracle et ont nommé « Mamacha » Candelaria comme leur sainte patronne.

Quelques jours avant les festivités, les danseurs répètent dans les rues de la ville accompagnés par un groupe de musiciens. Chaque jour, un fidèle s’occupe du temple et prépare tout pour le rituel. Le 1er février, très tôt avant le coucher du soleil, l’alferado (le responsable de l’organisation élu pour cette année-là) monte au sommet de la colline Azogini en compagnie de fidèles et dirige le rite en priant en l’honneur de la Vierge. Le matin, tout le monde descend la colline en dansant vers le sanctuaire de la Vierge, ce qui marque le début des célébrations.

Dans l’après-midi, les gens se rassemblent devant l’église de San Juan Bautista en attendant le début de la traditionnelle procession de la Vierge. Au cours de la procession, en parcourant les rues et avenues principales, de nombreuses familles remettent à leur saint patron des petits papiers contenant des prières ou des pétitions.

Un des moments les plus importants de la célébration a lieu au stade Torres Belón, où se déroulent les deux importantes compétitions de danse. La célébration se poursuit avec un défilé traditionnel au cours duquel s’affrontent environ 150 groupes folkloriques composés de membres des ethnies Quechua et Aymara de toute la région.

Chaque année, l’intérêt touristique pour le Festival de Candelaria augmente, ainsi que le nombre de visiteurs. En plus de la Grande Parade et des processions, vous pourrez profiter du concours de danses indigènes comme la Diablada et des danses costumées qui sont célébrées les dimanches suivants. Il est important de prendre en compte que le temps est très froid pendant les célébrations, il est donc fortement recommandé d’apporter des vêtements d’hiver. Le reste ne sera que pur bonheur.

Pour découvrir en découvrir d’avantage, rendez-vous sur : https://www.peru.travel/fr