Lorsqu’il s’agit d’acheter un bijou, les critères de choix sont si nombreux que le passage à l’acte se voit fréquemment retardé de manière considérable. Il y a le prix, bien sûr, mais aussi toute un panel de critères qui entrent en ligne de compte sans que l’on sache toujours comment les prioriser.

Bien entendu, l’objet doit plaire. Mais ce goût n’est pas uniquement esthétique. Le bijou porte des valeurs, des messages, des symboles, et tout ceci participe de son appréciation.

En ce sens, la dimension éthique du bijou pourrait être un des principaux moteurs d’achat. En matière vestimentaire, près de 64 % des Français affirmaient acheter au mois une fois par an le produit d’une marque éthiques.

Très sensible aux nombreux abus encore présents dans l’exploitation aurifère, Ilana Vasseur, joaillière et sertisseuse de l’Atelier Stoneto a ainsi fait le choix de proposer des bijoux raffinés en travaillant uniquement l’or recyclé. Il en va de même pour les pierres, puisque l’accent est donné à l’éthique et l’écoresponsabilité.

On notera que l’entreprise est également membre du réseau « Margoo », qui met en valeur des prestataires de mariage certifié écoresponsables. Et, en matière d’alliances, L’Atelier Stoneto a bien des arguments à faire valoir…

 

Trois maitres-mots : éthique, écoute et exigence.

L’éthique

Ne pas extraire de nouvelles ressources est un acte militant qui n’affecte en rien la qualité des pièces proposées, tout en leur ajoutant une aura symbolique. Le bijou ne se définit pas seulement par ses caractéristiques visibles, il porte en lui une histoire à la fois géologique et humaine.

En recyclant un or fin certifié par la RJC (Responsible Jewellry Council), seuls des résidus sont employés. On évite ainsi d’encourager le travail forcé ou celui des enfants, belle manière de tenir compte du coût moral de l’or.

L’écoute

Si le bijou témoigne d’une intimité, il y a nécessité de savoir entendre les attentes. Pas de meilleure publicité que celles des clients eux-mêmes. C’est un principe clé dans l’approche et les valeurs de l’Atelier Stoneto.

La précision des réalisations, le soin et le souci du détail qu’elles supposent, font figure de priorité dans la création des bagues et des boucles d’oreilles.

Le service sur mesure est d’ailleurs à considérer. Après un rendez-vous pour évoquer le projet sous tous ses aspects, l’Atelier Stoneto réalise une maquette ou un dessin en 3D afin de mener la fabrication dans une parfaite entente avec le client.

L’exigence

Un coup d’œil suffit, même à l’inexpérimenté, pour voir qu’une identité traverse les créations d’Ilana Vasseur. Une identité qui se manifeste esthétiquement, mais aussi par l’évidence du «savoir-faire». Elle le souligne en ces termes : « La rigueur et l’exigence accompagnent l’intelligence de la main ».

Une main qui ne tremble pas et d’où naissent de beaux objets qui méritent l’attention.

3 exemples d’alliances pour sceller les unions dans l’élégance et le raffinement

L’alliance Vilma

Parce que l’alliance est une promesse, elle manifeste la pureté de l’engagement et une confiance dans l’avenir. Le bijou autour du doigt a ici valeur de liaison, par sa boucle bien sûr, mais aussi entre les êtres concernés.

Réalisée à la main en atelier et composée d’un or 18 carats surmonté d’une pierre éthique, l’alliance Vilma place haut la barre de la joaillerie avec celle des amours installés.

L’alliance Deniza

C’est ici le règne des puissances de la finesse. L’or 18 carats se cherche une fermeté dans le mouvement, une grâce et une autorité.

La joaillerie d’exception sait composer des pièces d’apparence convenues, et dont les subtilités se révèlent peu à peu, sous les accidents du regard.

L’alliance Penelopa

Dans la mythologie grecque, Pénélope incarne l’épouse aimante, fidèle et lucide. On l’imagine attendre le retour d’Ulysse, le regard porté sur cette alliance, inquiète des périls que rencontre l’aimé, mais fière de lui être attachée.

Les 3 diamants sauront témoigner d’un trio de valeurs ou, plus simplement, d’une lumière intérieure.

Une créatrice au parcours atypique

Ilana Vasseur a toujours fait montre du désir de se démarquer. S’y ajoute, sous l’influence de son grand-père mécanicien, un besoin de saisir le fonctionnement des choses, leur logique interne. De toutes évidence, sa voie se dessinait sur le chemin de la création d’objets, bien à elle.

Elle passera par un DUT Génie Mécanique, tout en découvrant parallèlement l’art de la bijouterie, à l’occasion d’un stage d’été dans la prestigieuse boutique Landreau à Nantes. Là encore, il s’agit pour elle d’une évidence, car il se mêlait à la féminité, quelque chose de la mécanique.

Par la suite elle suivra une formation très complète qui lui révélera tous les secrets en matière de fabrication, de vente, de relation client, de gestion des stocks, de conditionnement, etc. Bien naturellement, le désir d’indépendance se manifeste rapidement.

Sa première entreprise, « Marthe et Léon », se positionne sur le segment du vintage et brasse large : bijoux, lunettes, chaussures, vêtements, articles publicitaires, magazines, radios, appareils photo… et le tout d’époque ! Elle expose, participe à des salons et développe ainsi son réseau avec l’expérience.

Cette aventure achevée, place est faite aux ambitions plus hautes. Par une veille minutieuse sur le marché de la bijouterie et par la rencontre de fournisseurs, elle s’ouvre la voie de la joaillerie et donne vie à l’Atelier Stoneto.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *