jeu. Fév 29th, 2024

Situé entre Le Mans et Tours, le Château du Grand-Lucé s’étend sur un domaine d’une trentaine d’hectares, au cœur du village éponyme. Érigé entre 1760 et 1764 par l’architecte Mathieu de Bayeux, à la demande du baron Jacques Pineau de Viennay, le Château du Grand-Lucé se voulait à l’époque palais d’été, à la fois extravagant et moderne. D’aucuns le surnommaient même le « Petit Versailles » sarthois. De quoi susciter la curiosité des philosophes et artistes du siècle des Lumières. À l’instar de Diderot, Voltaire, Rousseau ou encore Mozart, invités à séjourner au Château du Grand-Lucé par la fille du baron de Viennay. Aujourd’hui, la bâtisse de 4 000 m , ainsi que ses jardins et bois, qui s’étendent sur quelque 34 hectares, sont classés Monuments historiques.

Acquis en 2017 par les Américains Marcy et Tom Holthus, le domaine s’est transformé en hôtel de 19 chambres, avec restaurant, spa et piscine, à l’issue de deux années de travaux. 4 000 m de bâtisse et 34 hectares dont 2 500 m de potager Parfait exemple de l’architecture néoclassique française du XVIII siècle, le Château du Grand-Lucé se distingue par ses murs ornés de boiseries, parquets d’origine, soies précieuses, lits à baldaquin et baignoires sur pieds, pièces de mobilier Louis XV, objets d’art chinés, tissus et papiers peints. À cela s’ajoute un jardin à la française, un parc boisé pourvu de sept statues – répliques de statues du Château de Versailles -, offertes au baron Pineau de Viennay par le roi Louis XV en 1764, sans oublier les chênes tricentenaires et le bassin de nage creusé dans une ancienne fontaine.

 

Doté de 19 chambres et d’un potager de 2 500 m 2, où poussent quelque 400 variétés de fruits, légumes, plantes et fleurs. Inspiré par les circuits ultra courts, le chef Maxime Thomas y puise 70% de ce qu’il cuisine derrière les fourneaux du restaurant Le Lucé.  

Tout un écosystème d’acteurs et artisans locaux de talent impliqués

Du tapissier au vigneron, en passant par le producteur d’huiles, les talents artisans du Château du Grand-Lucé sont tous « couleur locale ».

 

Les arbres fruitiers du Domaine permettent de fournir suffisamment de pommes pour réaliser les jus de pommes consommés toute l’année au Château du Grand Lucé. Les fruits collectés sont ensuite pressés par une entreprise régionale (https://www.pressi-mobile.fr).  À la table du Lucé, le beurre à la verveine et celui à la fleur de sel sont fabriqués dans une ferme toute proche, à Chartre-sur-le-Loir. Les jus de fruits sont issus des vergers de la Manse, à Sepmes, en Indre-et-Loire. Quant aux huiles utilisées en cuisine et celles avec lesquelles on prodigue soins et massages dans le spa du domaine, elles sont sélectionnées chez Caulières, maison familiale installée en Indre-et-Loire, détentrice d’un savoir-faire ancestral.

Côté alcools, la Distillerie du Sonneur, installée au Mans, fournit le domaine en liqueur de menthe fraîche, liqueur de bourgeons de sapins et en « gin du château ». Cette recette unique, imaginée spécialement pour le Château du Grand- Lucé, mêle gin et fleur de pois. À découvrir et déguster au bar du domaine, le Jack Pine’s, situé dans une ancienne chapelle