Entrées

Velouté d’orties, escargots et girolles en pickles – 23

Paté en croûte de tradition, salade des maraichers – 19

Effeuillé de cabillaud, aubergine, huile de basilic – 17

Tomates à la tomate, Bloody Mary – 16

Tourte aux légumes, jus et jeunes pousses – 15

Œuf poché, courgettes cuites et crues, condiment à la sardine -14

Plats

Pour 2 : Filet de bœuf Wellington, sauce périgourdine – 84

Canard rôti aux figues, panisse et jus corsé – 42

Grenadin de veau, pommes de terre de Noirmoutier, condiment Choisy et jus corsé – 34

Pêche « mer et rivière » de saison selon nos criées – 35

Raviole ouverte aux coquillages, condiment encre de seiche – 32

Cassolette de girolles poêlées – 32

Supplément de garniture – 7

Poêlée de champignons, tombée d’épinards, pommes de terre nouvelles, pommes allumettes

Desserts

Sélection de fromages de nos régions au meilleur de leur élevage – 20

Pour 2 : Ile flottante, sauce crémeuse au praliné – 18

Soufflé à l’eau de vie de poire, sorbet poire – 16

(à commander en début de repas)

Forêt noire, sorbet griotte – 16

Crêpes suzette – 16

Nougat glacé, prunes cuites et crues – 12

Le Domaine de Maffliers, édifice du XIXe siècle, avait fermé ses portes en avril 2020 à la suite d’un incendie. Après deux ans de reconstruction et la réouverture du bar et de la brasserie le 31 janvier 2022, c’est au tour d’Augustine, la Table du Château, d’accueillir la clientèle, avec le savoir-faire du chef Ulysse Mérigaud, qui a travaillé au restaurant le 39V avec Frédéric Vardon.

Le Château est redessiné et réenchanté par Stella Cadente Studio.

Augustine, la Table du Château

Vous êtes reçu par Daniel Massano, l’arrière-arrière-petit-fils d’Augustine qui souhaite initier ses hôtes à l’hospitalité de son aïeule, celle d’une grande maison bourgeoise attachée à ses traditions et sa réputation. À travers ce retour à l’époque d’Augustine, c’est tout le château et son domaine qui célèbrent l’art de vivre à la française. La gouvernante a rouvert les vieilles malles à souvenirs remisées au fond du grenier. On a ressorti la jolie vaisselle d’époque aux armoiries d’Augustine, retrouvé la porcelaine ancienne chinée.  La traditionnelle table à gibier, pièce maitresse d’un service digne des bonnes maisons, trône dans la salle à manger n’attendant plus que la ronde des invités pour découper viandes, volailles, poissons.

 Les tables ont été dressées et, dans les cuisines, le repas s’affine. Le temps d’un apéritif au bar ou dans la salle du billard, l’heure est venue de passer à table. Votre hôte vous invite à choisir votre ambiance : êtes-vous Boudoir ou Salon des fresques (boiseries historiques, et au plafond une reproduction de « l’Apothéose d’Hercule » de Jean-François Lemoyne à Versailles) avec vue plongeante sur le parc ou encore le Salon des Châtaigniers avec sa cave à vin majestueuse.

 Dans l’assiette : de la belle cuisine française classique et surtout les très bons produits du pays (des fermes de Maffliers, d’Attainville, de Chauvry…) préparés en fonction de la saison. L’esprit de partage guide chaque menu. Le plat signature d’Augustine ? Le filet de bœuf Wellington, sauce périgourdine, pour deux.

 La table est ouverte du jeudi au samedi soir (de 19h à 21h30) et du vendredi au dimanche midi à la carte (de 12h à 14h)

Le Bar du Château

Ouvert depuis le 31 janvier 2022, dans son décorum monumental souligné par l’escalier historique du château, le Bar est là où tout commence et se termine à Maffliers. Haut lieu de mixologie, c’est dans cet espace élégant ouvert sur le devant du parc par une grande verrière que notre barman William Billaud créé ses cocktails inédits, avec également à la carte une sélection de vins par le sommelier d’Augustine. Autre clin d’œil à l’aïeule qui nous reçoit chez elle aujourd’hui : c’est ici que l’on sirote la bière artisanale de la maison Gustave (installée à Verneuil-en-Halatte) dont on se plait à dire qu’elle porte le prénom de son ami d’enfance.

Ouvert tous les jours

La Brasserie du Château

Ouverte en même temps que le bar, la Brasserie du Château à laquelle on accède par l’extérieur via un petit chemin dérobé en dalles offre une gastronomie locale de saison préparée par le chef originaire des Hauts de France Benjamin Coint. On retrouve dans ses plats la chaleur authentique qui caractérise ces régions du Nord. C’est aussi une cuisine de saison : cocottes qui mijotent sur le feu l’hiver, brasero en terrasse l’été. Les plats à l’ardoise la semaine laissent place à deux rituels des Demeures de Campagne, la « grignote » le vendredi soir et le fameux brunch du dimanche.

 Ouverte tous les jours

Et côté hébergement…

Depuis le mois de mai, 8 magnifiques chambres, dont une suite en duplex, dessinées par Stella Cadente Studio, se révèlent au 1er étage du Château, avec une vue imprenable sur la forêt de Montmorency.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *