dim. Mar 3rd, 2024
Featured Video Play Icon

Élément majeur de la composition paysagère du Hameau de la Reine, le grand lac a fait l’objet d’une restauration complète grâce au mécénat de Fondation Malatier-Jacquet abritée à la Fondation de France. Elle a permis de
redessiner le tableau pittoresque du Hameau dont le reflet dans le lac constitue le premier plan, tout en favorisant
l’équilibre de l’écosystème lacustre.

 

Le grand Lac

Marie-Antoinette aménage les jardins de Trianon en deux phases distinctes. La première, à partir de 1777, correspond à la création du Jardin anglais. Dans un second temps, en 1783, elle demande à Richard Mique d’étendre le jardin vers le nord en y bâtissant un village champêtre autour d’un nouveau lac.
Alimenté par des cascatelles et par une source, le grand lac se déverse à la fois dans le bras proche du moulin et dans le bras situé entre le Colombier et la maison de la Reine. Il est empoissonné en 1786 de brochets et de carpes. Quelques plantes viennent souligner l’écoulement et les ressauts des cascatelles. Enfin, des massifs arbustifs ponctuent la promenade et quelques arbres accompagnent la composition du Hameau.
Jusqu’à la restauration actuelle, le fonctionnement hydraulique du Hameau se dégradait en raison de l’envasement du lac et des modifications des ouvrages au cours du XXe siècle. Il en résultait à la fois une lecture du paysage et une biodiversité appauvries.

 

La restauration du paysage lacustre

Initiée en 2020, la restauration du lac du Hameau a porté sur le curage des boues accumulées dans ses profondeurs, la reprise des berges maçonnées selon les contours de la composition initiale de Richard Mique, la consolidation des enrochements au pied de la tour de Marlborough ou encore la restitution du corroi de glaise et des enrochements rustiques du bief du Moulin. Des interventions sur les ouvrages hydrauliques ont également permis le rétablissement du bon écoulement des eaux.
Cette restauration d’ampleur a permis de retrouver le paysage bucolique du Hameau de la Reine et la clarté de ses eaux favorisant le retour d’une biodiversité lacustre amorcée par un réempoissonnement d’espèces variées.

 

FONDATION MALATIER-JACQUET

Créée en 2018, la Fondation Malatier-Jacquet porte
le nom de son fondateur. Cette fondation soutient
la restauration et à l’aménagement mobilier et
immobilier du Château de Versailles et du Château
de Chambord. Homme érudit et banquier, figure
incontournable des expositions et des vernissages
des plus grandes maisons de ventes, galeries ou
foires françaises et internationales, Jacques Malatier
(1926-2017) a réuni en trente ans un ensemble de
près de 300 oeuvres d’art, essentiellement datées du
XVIIe et XVIIIe siècles.
Le 10 octobre 2018, selon son souhait, une partie de
cette collection fut proposée à la vente – les fonds
ainsi récoltés ont permis d’abonder la fondation
nouvellement créée.