L’eau est source de bien-être

« Ici, l’eau guérit… grâce aux sources thermales, déjà célèbres dans l’Antiquité, connues pour leurs vertus thérapeutiques qui soignent les maladies rhumatismales etcelles des voies respiratoires. Ici, l’eau jaillit… dans un village rythmé par le clapotis de ses fontaines et lavoirs qui, à chaque détour, berce le visiteur et lui apporte un sentiment de fraîcheur. Ici, l’eau coule… dans le Verdon, cette rivière aux eaux cristallines dont les berges
sauvages, au coeur du village, apportent quiétude et évasion. Ici, l’eau réjouit… grâce à la proximité du lac d’Esparron-de-Verdon, lieu privilégié de détente et de partage, en famille ou entre amis. Ici, l’eau donne de l’énergie… grâce au barrage de Gréoux-les-Bains, sur le lac d’Esparron-de-Verdon qui, depuis 1967, produit plusieurs millions de KWh indispensables à l’alimentation électrique de la région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur.

De Grésilium à Gréoux-les-Bains

Les historiens s’accordent sur la toute première dénomination, « Gresumlin », qui
viendrait des mots celtes « gresum » (douleur) et « lin » (eaux). L’appellation « Grésilium » est également souvent citée : elle signifierait « eau de la douleur » et, par extension, « eaux soignant les douleurs ».
La découverte de la pierre dite de Faustina, avec son inscription « Nymphis Griselicis » scelle l’appellation de la commune qui, au Moyen-Âge, se serait appelée « Grésols », puis « Greols ». Au fil du temps, l’écriture de son nom évolue, variant de « Gréoulx » à « Gréoux ».
C’est en 1923 que la commune devient « Gréoux-les-Bains », ancrant ainsi sa vocation thermale.
Le saviez-vous ?
Il n’est pas rare d’entendre les Gryséliens d’origine provençale prononcer le nom de leur ville « gréousse » ou « gréoucsse ».

Le saviez-vous ?

– Le banc de pierre situé au croisement de la rue de l’Hôtel de Ville et de la rue des
Templiers permettait de … trouver un emploi ! Les hommes qui recherchaient un travail journalier venaient en effet s’y asseoir et attendaient les employeurs.
– L’Office de tourisme, situé à quelques mètres de l’Hôtel de Ville, est aujourd’hui le lieu idéal pour s’informer et se renseigner, ou pour débuter de nombreuses balades et excursions… Mais il a longtemps abrité La Poste et, avant cela, l’école communale des garçons.
– La rue « Rompe Cuou » vient du provençal … « casse gueule » ! Elle tire son nom de son ancienne construction, à partir de galets polis du Verdon, particulièrement
glissants.
A ne pas manquer…
L’association « FestiGréoux » et l’Office de Tourisme proposent une visite originale du village à travers une exposition de cartes postales anciennes. Plus de 60 reproductions apposées sur des sites disparus ou transformés font revivre les bâtiments, les grandes heures du village ou certains vieux métiers. Une documentation est disponible à l’Office de Tourisme.

L’histoire de la station


Dans les années 50, grâce à la prise en charge des cures par la Sécurité Sociale, la
station thermale joue un rôle important dans le renouveau balnéaire contemporain. En 1961, après une succession de propriétaires, la Chaîne Thermale du Soleil, dirigée par Adrien Barthélémy, père du thermalisme moderne, acquiert les lieux. L’établissement thermal, qui accueillait 815 curistes en 1953, en attire près de 2500 en 1962 !
L’hiver 1967/68 voit la destruction simultanée du Grand Hôtel des Bains et de l’établissement, soit deux siècles de l’histoire de la ville d’eau. La construction des thermes actuels, à l’emplacement des bains « antiques » a fait table rase du passé. Une nouvelle ère a ainsi pu débuter… L’établissement troglodytique propose deux services :
standard et premier. On y soigne traditionnellement les rhumatismes sous toutes leurs formes et les affections des voies respiratoires.
Depuis quelques années, les Thermes de Gréoux proposent, à l’attention de patientes en rémission d’un cancer du sein, selon un protocole adapté, des cures de réhabilitation. Elles allient les spécificités de l’eau thermale et l’intervention de professionnels de santé.

Les Thermes permettent également de profiter de mini-cures santé et moments de bien-être.
Gréoux-les-Bains est également classée station climatique de Haute- Provence, alliant, en toute saison, aux bienfaits thérapeutiques de la cure thermale, un microclimat sec et ensoleillé, parfaitement recommandé po u r l e t r a i t eme n t de s v o i e s respiratoires et des rhumatismes.
C’est grâce à cette association entre cure thermale et soleil que Gréoux-les-Bains est devenue la 3e station thermale française : elle accueille en moyenne 35 000 curistes par an !
Lucien Maurin, directeur des Thermes de Gréoux-les-Bains : « Le thermalisme permet de soigner le corps … et l’esprit ! C’est donc un excellent moyen de retrouver un moral de fer après une période de crise parfois marquée par la détresse psychologique. Je pense que la crise que nous vivons actuellement va renforcer notre place dans la prise en charge de la santé du plus grand nombre ».

Une composition complexe et stable

Puisée à plus de 1200 mètres de profondeur, l’eau minérale thermale jaillit à une température naturelle constante d’environ 42 degrés, avant de subir un refroidissement naturel. Au fil des siècles, sa composition, particulièrement complexe, a été l’objet de nombreuses études scientifiques. Toutes démontrent qu’elle est toujours demeurée identique. Elle est notamment riche en soufre, calcium, magnésium, soude… Elle est limpide, onctueuse au toucher et légèrement salée au goût. Elle dégage une forte odeur sulfurée.

Le saviez-vous ?
Les eaux gryséliennes sont riches en …
– Calcium, utile dans la contraction musculaire, la coagulation sanguine et l’entretien du capital osseux.
– Soufre, qui est à la fois anti-inflammatoire, antiseptique, décongestionnant, et
antalgique ; c’est un allié incontournable dans les traitements en rhumatologie mais il est également cicatrisant et restaure les muqueuses de l’appareil respiratoire.
– Bore qui contribue au métabolisme du calcium, du magnésium et de la vitamine D.

La prise en charge thermale de la rhumatologie


La rhumatologie est la pathologie la plus soignée en France dans les centres thermaux.
Douleurs, raideurs et gonflements des articulations, tendinites, maux de dos, réveils nocturnes… Les pathologies touchant les articulations, la colonne vertébrale et les os entraînent des souffrances et des difficultés qui affectent la qualité de vie. Pour résorber ces douleurs et favoriser la mobilité, les solutions prescrites reposent principalement sur des traitements pharmaceutiques couplés à une prise en charge non médicamenteuse, comme des séances de kinésithérapie. Le recours à une intervention chirurgicale peut également s’avérer nécessaire en cas d’obstacle mécanique.
Pour un meilleur traitement en rhumatologie, une approche globale de la pathologie est essentielle, dans laquelle la médecine thermale a une place importante. Les soins thermaux prodigués, à visée sédative et rééducative, permettent d’améliorer la mobilité et de réduire la douleur, conduisant à une moindre consommation de médicaments.
La cure thermale est un traitement médical, utilisant les eaux de sources minérales naturelles, agréées par l’Académie nationale de Médecine et leurs produits dérivés (gaz et boues), sous différentes formes de soins, pour soigner ou soulager des pathologies spécifiques. Pour les pathologies chroniques (arthrose, rhumatismes inflammatoires…), on cherche dans un premier temps à soulager la douleur et diminuer la consommation d’antiinflammatoires.
L’eau thermale est utilisée directement dans des bains (eau thermale et/ ou boue) qui imprègnent totalement le corps, décontracturent les articulations douloureuses et les muscles périphériques (ceux qui soutiennent l’articulation défaillante).
Le volet éducatif, dans un deuxième temps, repose sur l’entretien d’activités physiques régulières (cours de gym douce, pilates…), l’apprentissage de postures et démarches qui soulagent, ainsi que la mise en place d’une nouvelle hygiène de vie, permettant de ralentir la pathologie.
Pour les suites de fractures, de séquelles traumatiques ou d’interventions chirurgicales, l’objectif consiste à résorber les douleurs en rééduquant progressivement le membre accidenté : la kinésithérapie en piscine renforce les muscles, qui soutiennent mieux les articulations et régénèrent de la souplesse.

La prise en charge thermale des voies respiratoires

La cure thermale prend en charge globalement les pathologies affectant les voies respiratoires aussi bien les voies aériennes supérieures que l’appareil pulmonaire. Essoufflements, sifflements, toux sèche et irritante, mais aussi productive (ou expectoration), sentiment d’angoisse, douleurs, congestion nasale, mouchage, gêne de la gorge… Ces symptômes peuvent être les conséquences d’affections des voies respiratoires : des pathologies aiguës, souvent d’origine infectieuse ou des pathologies chroniques. Les thérapeutiques actuelles consistent à soulager les douleurs et dégager les voies respiratoires, en général par le biais d’un traitement médicamenteux, pouvant être appliqué localement, pour partie.
La médecine thermale est envisagée comme un traitement préventif, ou curatif selon les pathologies, mais aussi éducatif. Elle va permettre de soulager les douleurs, améliorer la perméabilité nasale et la ventilation des voies aériennes, réduire la consommation de médicaments, diminuer la fréquence des crises ou des infections et favoriser l’éducation du patient.
Des effets renforcés par la situation géographique de l’établissement thermal de Gréouxles-Bains, puisque les patients bénéficient d’un environnement sans pollution. Cet éloignement du quotidien leur permet également de rompre avec leurs habitudes, une situation propice pour amorcer, par exemple, un sevrage tabagique. Cette amélioration sera parfois progressive, les effets de la cure n’étant pas toujours immédiats et impliquant de réitérer les cures dans les premières années.
Pour les infections à répétition (bronchites, otites…) on cherche dans un premier temps à diminuer l’inflammation et sa répétitivité, ainsi que la consommation d’antibiotiques. L’eau thermale est utilisée directement sur les muqueuses des voies respiratoires afin de les nettoyer en profondeur, de fluidifier le mucus, d’apaiser l’inflammation et de favoriser leur régénération. Les soins locaux sont complétés par un volet pédagogique qui repose sur l’apprentissage du mouchage, le lavage du nez ou encore la kinésithérapie respiratoire.
Pour les pathologies chroniques (asthme notamment), l’objectif consiste à diminuer la fréquence des crises, en favorisant une meilleure ventilation et en réduisant les allergies, souvent liées à la chronicité.

La prise en charge thermale de la réhabilitation post cancer du sein

La station thermale de Gréoux-les-Bains est spécialisée depuis 2012 dans cette prise en charge particulière et plusieurs centaines de femmes ont déjà pu être accompagnées sur la voie du mieux-être. Le traitement de la réhabilitation post cancer du sein repose sur plusieurs éléments qui ont pour objectifs d’accompagner les femmes dans leur reconstruction physique, sociale, professionnelle, familiale et psychologique ; d’améliorer durablement la qualité de vie et de limiter le risque de récidive du cancer. Il s’agit notamment de délivrer des clefs pour éviter la reprise de poids et retrouver une activité physique régulière.

Les patientes se voient proposer une immersion thérapeutique durant 2 ou 3 semaines de cure, propices à la récupération physiologique et psychologique, pour traiter efficacement les différents effets délétères causés par la maladie et ses traitements sachant que l’Assurance Maladie prend désormais en charge (à hauteur de 50%) le coût de la cure. Le programme doit être adossé à une cure thermale conventionnée « classique », que le médecin traitant de la patiente prescrit selon la procédure habituelle.

La mini-cure, un véritable concentré de thermalisme


Pour tous ceux que leur emploi du temps mobilise fortement, santé et vie active ne sont plus incompatibles. Les Thermes de Gréoux-les-Bains déclinent en effet de véritables concentrés de cure thermale, orientés selon les besoins en rhumatologie ou en voies respiratoires. Chaque jour, pendant 6 jours continus, le curiste reçoit entre 4 et 8 soins adaptés à sa pathologie ou ses besoins de santé. La durée quotidienne des soins est comprise entre une et deux heures.
Une mini-cure thermale est un acte médical qui permet de traiter une pathologie grâce à un parcours de soins ciblés encadrés par des professionnels de santé, et le concours de ressources naturelles (eaux thermales, gaz, boues) dont les propriétés thérapeutiques sont reconnues par l’Académie de Médecine. A la différence de la cure thermale conventionnée 18 jours, la mini-cure propose un format plus court de 6 jours de soins (une semaine), que le curiste pourra doubler en format 12 jours, s’il le souhaite.
Contrairement à la cure thermale « conventionnée », la mini-cure thermale n’a pas besoin d’être prescrite par votre médecin traitant. Vous pouvez accomplir seul les démarches de réservation, sans aucune formalité particulière.

Une station festive et animée

Station thermale, escale « bien-être », capitale des activités de pleine nature, village provençal de caractère, Gréoux-les-Bains est également une ville festive. Aux côtés de la municipalité et de l’Office de Tourisme, les associations locales s’impliquent pour proposer chaque année de nombreuses animations culturelles, sportives ou touristiques.

Les principaux événements… (liste non exhaustive)
– Fête de la Saint Sébastien autour du 20 janvier
– Expositions dans la « Salle des Gardes » du Château, de mars à novembre
– Les comédies de Gréoux (début avril)
– Musiques à Pauline : un samedi et un dimanche après-midi par mois d’avril à octobre ;
tous les mardis soirs de juillet et août
– Les Soirées de l’Etoile : une soirée spectacle, le vendredi soir, de mars à novembre
(sauf l’été)
– Foire du 1er mai
– Boucles du Verdon, le 3e weekend de mai
– Parfums d’Italie en mai
– Verdon relax festival, fin juin
– Fête foraine le 1er week-end de juillet
– Fête provençale le 2e week-end de juillet
– Marchés nocturnes : tous les vendredis soirs de
juillet et août
– Feu d’artifice et bal du 14 juillet
– Gréoux de Janeiro : dernier week-end de juillet
– Foire du 15 août
– Bike and beer : dernier week-end d’août
– Gréoux jazz festival : 3e semaine de septembre
– Automne musical : mi-octobre
– Trail du Bas Verdon : 2e dimanche d’octobre
– Foire aux santons : pendant les vacances de la
Toussaint
– Verdon des collines rando VTT : 11 novembre
– Cyclocross : 3e weekend de novembre
– Marché de Noel : 1er weekend de décembre
Concerts, marchés, expositions, défilés, foires, rencontres sportives, spectacles… autant de prétextes pour agrémenter votre séjour de haltes gourmandes, de soirées festives ou de moments de détente.
Un agenda, systématiquement mis à jour, est disponible sur www.greoux-les-bains.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.