jeu. Juil 25th, 2024

Donnant sur le parterre du Midi, le Grand Appartement de la Reine est symétrique du Grand Appartement du Roi. Contrairement au souverain qui, dès le règne de Louis XIV, délaissa son Grand Appartement, la Reine continua d’occuper le sien, expliquant ainsi les multiples modifications du décor au cours du XVIIIe siècle. Depuis le 16 avril, le Grand Appartement de la Reine, composé de la chambre de la Reine, du salon des Nobles, de l’antichambre du Grand Couvert, et de la salle des Gardes, est à nouveau ouvert au public. Fermé depuis janvier 2016 pour un vaste chantier, il dévoile toute la magnificence retrouvée du décor rocaille de la chambre de Marie-Antoinette, ainsi que celui de la salle des Gardes restauré grâce au mécénat des American Friends of Versailles et de la Société des Amis de Versailles.

La chambre de la Reine  

La chambre, pièce principale de l’appartement, était fréquemment utilisée par la reine. Elle y dormait, souvent accompagnée du roi. Cette pièce servait également aux rituels matinaux, tels que la Toilette, un moment de Cour aussi réglementé que le Lever du roi. Les accouchements en public, au nombre de dix-neuf, se déroulaient également dans cette chambre. Le décor, avec son compartimentage au plafond remontant à la reine Marie-Thérèse, et les peintures en grisaille de Boucher réalisées pour Marie Leszczinska, rappelle les trois reines qui ont occupé la pièce. Lors de l’invasion du château en 1789, Marie-Antoinette réussit à échapper aux émeutiers par la petite porte gauche de l’alcôve. Malgré les événements de la Révolution, certains meubles ont été préservés, d’autres retrouvés lors d’enchères. Les étoffes du lit et des murs ont été retissées à Lyon d’après les cartons originaux conservés, tandis que le lit et la balustrade ont été resculptés selon des documents anciens.

Le salon des nobles

 Anciennement l’antichambre sous la reine Marie-Thérèse, cette salle était le lieu des audiences solennelles accordées par Marie Leszczinska, qui y siégeait sous un dais. C’est également là qu’elle tenait son cercle, un moment de conversation formel avec les dames de la Cour. Marie-Antoinette entreprit une refonte totale de la décoration, préservant uniquement les peintures du plafond. Les murs furent revêtus de damas vert pomme bordé d’un large galon d’or. Un nouveau mobilier moderne et raffiné fut livré, avec des commodes et encoignures réalisées par Riesener, l’ébéniste préféré de la reine, adoptant la dernière mode anglaise avec de grands à-plats d’acajou au lieu de ses marqueteries florales habituelles. Les bronzes dorés et les tablettes de marbre bleu turquin furent assortis à ceux de la nouvelle cheminée. https://youtu.be/ZuzjzkTnv9s

L’antichambre du grand couvert  

L’antichambre de la reine accueillait les repas publics au rituel fastueux, attirant une foule nombreuse. Seuls les membres de la famille royale et les dames de haut rang avaient le privilège de s’asseoir à table, tandis que les autres dames et personnes autorisées assistaient debout. Louis XIV participait presque tous les soirs à cette représentation, tandis que Louis XV préférait souvent des soupers intimes. Marie-Antoinette, pour rompre avec l’ennui, demanda que de la musique accompagne toujours ces repas, avec une tribune aménagée à cet effet. La restauration de l’Antichambre du Grand Couvert de la Reine a été réalisée en 2009-2010 grâce au mécénat de Martell & Co.

La salle des gardes

 La salle des Gardes était située au débouché de l’escalier de la Reine, également appelé “escalier de Marbre”. C’était l’entrée du Grand Appartement de la Reine, où douze gardes du corps assuraient en permanence la sécurité de la souveraine. Seuls le roi, la reine et le dauphin pouvaient bénéficier d’une telle garde personnelle composée de membres des Gardes du corps du Roi. Cette salle, conservant son décor du XVIIe siècle, était utilisée comme corps de garde.